lundi 16 octobre 2017

Mobilisation des écoles



Le collectif « Jamais sans toit » qui fédère les comités de soutien aux enfants scolarisés sans-abri de la métropole lyonnaise tire la sonnette d’alarme !
En cette rentrée scolaire, à quelques semaines de la mise en œuvre du dispositif hivernal et de la célébration du 28ème anniversaire de la Journée Internationale des Droits de l’Enfant, le collectif recense déjà plus de 130 enfants sans hébergement ! Et ce chiffre est bien en deçà de la réalité de la situation car il ne prend en compte qu'une trentaine d'établissements scolaires répertoriés. 
Ces enfants et leur famille connaissent la rue depuis des semaines et parfois depuis des mois ! Ces enfants dorment dans la rue, sous les ponts, dans des voitures ou des cages d’escaliers, dans des parcs publics ou des squats insalubres… Des conditions de vie indignes et incompatibles avec le suivi d'une scolarité normale, dans l'indifférence totale des pouvoirs publics alors qu’il existe 24 000 logements vides au sein de la Métropole lyonnaise ! 
Les années précédentes, les établissements scolaires de l'agglomération (à Lyon, Oullins, Vaulx-en-Velin...) ont servi de dernier refuge à ces enfants et leur famille, parfois pendant des mois, parce que l’école est un lieu éminent de protection de l’enfance. Ces occupations, en dépit des menaces d’évacuation par la force et des tentatives d’intimidation, ont généré un véritable élan de solidarité auprès des parents, enseignants, habitants du quartier et ont permis l'hébergement de plusieurs centaines de personnes en mettant les autorités compétentes face à leurs responsabilités.
Le collectif « jamais sans toit » organise une semaine de solidarité du lundi 16 au vendredi 20 Octobre. 
Ces repas, cafés ou autres goûters solidaires permettront aux comités de récolter des fonds qui financeront quelques nuits d'hôtel. Pour autant, parce que la charité citoyenne ne peut se substituer plus longtemps au principe de solidarité républicaine, ils seront surtout l’occasion de réaffirmer avec force le caractère inconditionnel du droit à l’hébergement d’urgence consacré par la loi et de rappeler par la même occasion au Président de la République le voeu qu'il formait au mois de juillet : que "d'ici la fin de l'année [il n'y ait] plus personne dans les rues, dans les bois..."
Vous trouverez ci-dessous le programme de chaque établissement scolaire.

école Berthelot (Lyon 7ème) / goûter solidaire mardi 17 octobre de 16h30 à 18h00
école Lucie Aubrac (Lyon 2ème) / goûter solidaire mercredi 18 octobre de 16h30 à 18h30 place Ampère.
école Gilbert Dru (Lyon 7ème) / café solidaire jeudi 19 octobre à partir de 8h00
école Grandclément (Vaulx-en-Velin) / repas solidaire mercredi 18 octobre à 11h30
école Youri Gagarine (Vaulx-en-Velin) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 16h00
école Jean Vilar (Vaulx-en-Velin) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 16h00
école Jean Zay (Villeurbanne) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 15h45
école Robert Doisneau (Lyon 1er) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 16h30 
école Michel Servet (Lyon 1er) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 16h30 
école Jean-Pierre Veyet (Lyon 7ème) / goûter solidaire jeudi 19 octobre à partir de 16h30 
école Anton Makarenko (Vaulx-en-Velin) / goûter solidaire vendredi 20 octobre à partir de 16h00

vendredi 2 juin 2017

Expulsions, encore !

Le 19 mai : expulsion sous la pluie, sans diagnostic préalable, sans proposition d'hébergement, de 16 familles vivant dans un squat à Gorge de Loup, Lyon 9ème.
Seules les 4 familles avec bébés seront relogées à l'hôtel, ainsi qu'un homme handicapé et sa femme.
8h du matin. Expulsés de leur logement par la police, et nulle part où aller.
1er juin : les 12 familles dorment à la rue depuis 2 semaines près de la mairie, espérant toujours une proposition de mise à l'abri.
40 personnes, dont 20 enfants, épuisées, découragées.
Les écoles des enfants accompagnent comme ils peuvent ces familles : douches et petit déjeuner à l'école sont proposés. Mais les scolarités sont interrompues, de même que pour les collégiens et lycéen.


Le 22 mai : expulsion sans proposition d'hébergement, des familles vivant derrière la médiathèque de Villeurbanne. Les familles se dispersent, et vont grossir des terrains de cabanes ailleurs.

Le 31 mai, c'est le bidonville de Croix Luizet, à Villeurbanne, qui brule. Encore 20 familles à la rue !